Category Archives: Le vin

1939, l’année de naissance de Papa, une bouteille rare…

Un immense merci à Matthieu (Cosse). Un fantastique cadeau. La bouteille déjà est une oeuvre. Elle semble avoir été celle d’un artiste peintre. Fauviste. Les couleurs sont furtives, posées sur le verre.

vin,crimée,tsar,massandra,muscat rose,Gurzuf,1939

Un tsar a voulu reconstituer sur les terres de Crimée, près de la célèbre ville de Yalta, tous les vins qu’il aimait, implantant les cépages et cherchant à recréer les plus beaux vins du monde. Aujourd’hui on fait parfois la découverte impromptue de ces bouteilles rares qu’on retrouve identifiées, datées, reconnues et mises en vente par Sotheby’s à Londres.

Massandra

Donc, ce domaine de Massandra fut initialement fondé par le Tsar Nicholas II en 1894 pour fournir la cour royale. De longues galeries furent taillées à même la montagne, pour construire une énorme cave sur trois niveaux, 7 tunnels parallèles sur chaque niveau d’une longueur de 150 mètres. La température y est constante toute l’année de 13 ou 14 degrés. La cave à vin de Massandra est considérée comme l’une des plus belles au monde. Ce grand domaine, situé sur la côte criméenne de la Mer Noire, propose une gamme de 28 types de vins différents. A l’exception de quelques vins secs rouges provenant de Alushta, tout les vins sont mutés (du style Porto ou Madère) ou liquoreux.

 

La collection de Massandra

Le premier vinificateur de Massandra, le Prince Lev Sergeivich Golitzin, collectionnait de nombreux grands vins. A sa mort, il les légua tous au domaine Massandra en donnant ainsi naissance à la Collection de Massandra. La Collection fut cachée pendant la révolution de 1917, pour être découverte en 1920 par l’Armée Rouge. Staline ordonna de rassembler tous les vins qu’il trouva dans les palais des Tsars pour les rajouter à cette Collection de Massandra. En 1941, par crainte de l’avancée de l’armée allemande, la Collection fut déménagée. Quand les Nazis s’emparèrent de Yalta, ils déversèrent tout le vin qui restait en cuve dans la Mer Noire. C’est au moment de la libération de Yalta en 1944 qu’on commença la tâche monumentale de ramener ces centaines de milliers de bouteilles à leur place. Aujourd’hui, elle est devenue l’une des plus grandes collections de vieux vins au monde. On l’estime à plus de 1 million de bouteilles, avec des millésimes remontant jusqu’à 1775 (un Jerez de la Frontera). C’est une véritable bibliothèque historique : beaucoup considèrent Massandra comme un trésor national.

Le Massandra muscat rose Gurzuf 1939 a un nez invraisemblable…

Ce vin là, mon ami…

Balzac.jpg« Ce vin là, mon ami, on le caresse du regard.
– Et après ?
– Après, on le respire.
– Et après ?
– On le remet sur la table, sans y toucher, dévotieusement.
– Et après ?
– Après, on en parle. »

Honoré de Balzac (1799-1850)

Vignerons

Le mot de Bernard Pivot / Vignerons

“Le Littré ne faisait pas de différence entre vignerons et viticulteurs : l’homme qui cultive la vigne. Le Petit Larousse et le Petit Robert distinguent le viticulteur, qui cultive la vigne, du vigneron qui, en plus, fait du vin. En conséquence de quoi, l’homme ou la femme qui apporte son raisin à une cave coopérative ou à un vinificateur serait un viticulteur ou une viticultrice, et non pas un vigneron ou une vigneronne.

Subtilités de chicaneurs ! Aujourd’hui, les professionnels de la vigne se revendiquent tous vignerons. On préfère ce mot, plus rond, plus sensuel, plus convivial, au rural viticulteur. Déjà Paul-Louis Courier signait ses pamphlets contre la Restauration “vignerons de la Chavonnière”. Ce n’était pas lui qui taillait et labourait. De sa vigne il n’était que le propriétaire-récoltant. Vignerons quand même ! Parce que ce mot ajoutait de l’authenticité et du prestige à sa qualité d’écrivain.

De nos jours, sont vignerons aussi bien les propriétaires que les ouvriers de la vigne. Quelle différence y a t’il entre le baronne Philippe de Rothschild, propriétaire de Mouton, et la Toinette Guerpillon, ma voisine du Beaujolais ? Aucune. Toutes deux sont d’excellentes vigneronnes.”

 

Source

Terre de vins, Janvier/février 2010

Carte postale d’Aloxe Corton, archive de l’INA

retrouver ce média sur www.ina.fr

Magazine 12/14 – 30/01/1988 – 03min35s
Reportage à Aloxe Corton à l’occasion de la Saint Vincent tournante, présentation du village, de son histoire, de ses Appellations (anecdote sur l’Appelation Charlemagne) par Louis Chapuis, viticulteur. Anecdote sur Voltaire qui aimait tant ce vin.